Newsletter
Pour avoir des nouvelles par mail des jardins de Cécile

E-mail:

Inscription
Se désinscrire

Earth hour

Archive pour la catégorie ‘Les évènements des Jardins ... et d'ailleurs’

Un petit village et une très bonne idée !

(Source : bastamag.net)

Déserts ruraux ?

Mieux qu’un centre commercial : une épicerie coopérative, culturelle et solidaire dynamise une commune

Par Camille Botella (4 janvier 2013)

C’est une épicerie, bar, café concert. Un lieu multi-services que font vivre les habitants d’une commune du Morbihan : vente de produits bio, production de bière locale, livraisons pour les personnes âgées, lieu de débat… Une coopérative au service des habitants, dont tous peuvent devenir copropriétaires. Petite visite guidée à Augan, où se réinvente le vivre-ensemble.

Trouver une alternative au capitalisme marchand tout en créant de l’emploi et en répondant aux besoins locaux ? C’est le défi que se sont lancés en décembre 2009 les 67 associés du Champ Commun, une coopérative de services de proximité à Augan, commune morbihannaise de 1400 habitants. En janvier 2010, ils créent une société (SARL) pour l’exploitation de l’activité économique avec, à la clef, la création d’emplois. Pari réussi puisque aujourd’hui le Champ Commun emploie six salariés et compte plus de cent associés ! Alors que la lutte contre la disparition des services de proximité dans les communes rurales s’organise, le Champ Commun apporte sa pierre à l’édifice.

« On avait envie avant tout de créer un lieu où les gens du village se rencontrent », explique Mathieu Bostyn, co-gérant de la coopérative. L’endroit combine à la fois une alimentation générale et un bar-café, à la programmation musicale et culturelle variée. En plein cœur d’Augan, c’est le lieu où l’on peut se retrouver pour discuter d’un sujet de fond tous les premiers jeudis du mois avec l’association Polen, ou s’initier à la couture avec l’Atelier de Louise et Sandrine. C’est aussi une épicerie, Le Garde-Manger, qui propose des produits bio, locaux, mais pas que.

Devenir copropriétaire de l’entreprise

Les gérants veulent soutenir la production paysanne locale et promouvoir une autre manière de consommer. Pour autant, dans un esprit de service commun, l’épicerie a choisi d’être une alimentation générale ouverte à tous les habitants. Et propose une large gamme tous publics, « dans l’idée de faire une alimentation générale populaire, au sens premier du terme », précise Mathieu Bostyn. On y trouve 1 200 références de produits conventionnels, 350 produits issus de l’agriculture biologique et 200 produits locaux.

Quand la coopérative voit le jour, les premiers associés créent en parallèle une Société civile immobilière pour l’acquisition d’un bien immobilier destiné à accueillir les différentes activités. Ils diffusent un appel à soutien. Différentes modalités sont possibles : premier niveau, devenir copropriétaire de l’entreprise coopérative en prenant une part sociale, « pour faire appel le moins possible au système bancaire ». Mais s’associer au projet collectif peut passer par d’autres chemins, comme participer aux travaux d’aménagement des locaux, via des chantiers participatifs ouverts et orchestrés par une équipe permanente expérimentée dans les métiers du bâtiment.

Alimenter le champ des possibles

D’autres responsabilités sont partagées par le collectif : la programmation culturelle du bar, ou encore le lien avec les producteurs locaux pour alimenter les rayons de l’épicerie. Le Champ Commun prend de l’ampleur et de nouveaux projets se greffent progressivement. Toujours dans une dynamique de développement local, une micro-brasserie s’est montée et propose une bière maison au comptoir du café, des livraisons pour les personnes âgées ont lieu plusieurs fois par mois et un projet d’accueil en auberge est en train de naître… avec 101 associés. De quoi alimenter le champ des possibles !

Pour que la gestion collective soit avec et au service de la communauté, ses initiateurs ont adopté, en avril 2012, le statut de Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC), permettant ainsi aux salariés, bénévoles, usagers, mais aussi aux collectivités publiques, entreprises et associations, d’être sociétaires.

Camille Botella (membre de l’Afip Bretagne)

Photos : © Le Champ commun

Article publié par Transrural Initiatives, revue associative d’information sur le monde rural.

« Suite » donnée à l’étude (sept.2012) du Professeur Séralini sur les effets possibles de la consommation d’OGM …

OGM: Séralini accuse l’autorité sanitaire européenne de faute professionnelle

CAEN (AFP) – Le professeur Gilles-Eric Séralini a accusé jeudi l’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) de « faute professionnelle grave » après le rejet définitif de son étude controversée sur un maïs transgénique et le refus de l’agence de réévaluer ce produit.

« Ne pas avoir au moins un soupçon après l’étude que nous avons faite, de toute façon la plus détaillée au monde, relève de la malhonnêteté intellectuelle. C’est une faute professionnelle grave », a déclaré le professeur à l’université de Caen dont l’étude a été publiée le 19 septembre dans Food and Chemical Toxicology.

Mercredi, l’Efsa a estimé que « les lacunes importantes constatées dans la conception et la méthodologie » de l’étude Séralini « impliquaient que les normes scientifiques acceptables n’avaient pas été respectées et, par conséquent, qu’un réexamen des évaluations précédentes de la sécurité du maïs génétiquement modifié NK603 n’était pas justifié ».

« Cela devient un grave problème de santé publique« , a ajouté le chercheur en biologie moléculaire.

« L’Efsa a déjà à rougir du fait d’avoir jeté nombre d’études sur le bisphénol A. Ça confine à la criminalité. Avec les OGM, ils recommencent la même chose. Ils ne se dédiront pas avant d’être démissionnés » par la Commission, pense le chercheur.

Pour le Professeur Séralini, l’Efsa est minée par les conflits d’intérêt. En mai, sa présidente a démissionné pour prendre des responsabilités au sein de l’ILSI, le lobby de l’industrie agroalimentaire.

M. Séralini avait frappé l’opinion en présentant en septembre ses travaux qui montraient, selon lui, un risque accru de tumeurs mammaires et d’atteintes hépato-rénales pour les rats nourris avec le maïs NK 603, associé ou pas à l’herbicide Roundup, deux produits du groupe américain Monsanto.

Le rejet des conclusions de l’étude par l’Efsa n’est pas une surprise car ses experts avaient déjà jugé l’étude insuffisante dans un avis non définitif.

Le 22 octobre, les organismes sanitaires français avaient de leur côté réfuté les conclusions de M. Séralini, mais elles avaient recommandé des études sur les effets à long terme de la consommation d’OGM, quasi inexistantes aujourd’hui.

Porte ouverte 2012 : d’autres photos ….

la "porte ouverte" ...

Avec les musiciens ...

Message de l’association Kokopelli …

suite aux pétitions mises en ligne après la décision de la Cour européenne de Justice dans l’affaire Kokopelli c. Baumaux :

Avaaz : un écran de fumée occultant les bombes libératrices à uranium appauvri

L’Association Kokopelli a décidé de présenter «  Avaaz : un écran de fumée occultant les bombes libératrices à uranium appauvri  », – un article d’investigation concernant l’organisation Avaaz, rédigé par Dominique Guillet et posté sur son site Liberterre – car nous sommes scandalisés qu’une pétition en défense de Kokopelli ait été présentée, sans notre consentement, par cette organisation militariste (1). Cette pétition, de plus, colporte des informations complètement erronées. Depuis plusieurs mois, nous ne cessons d’informer nos amis et clients que nous n’avons pas été condamnés par la Cour Européenne de Justice à stopper nos activités (4), que nous ne sommes pas fermés, que nous continuons d’exister et que nous continuons de distribuer des semences.

Par la même occasion, nous dénonçons tout autant l’opacité de l’organisation Change.org qui, elle aussi, a mis en ligne une pétition concernant Kokopelli sans notre accord (2). Ces sites pétitionnaires sont une gigantesque farce : Dominique Guillet, en utilisant une fausse adresse e-mail et un pseudonyme, a lancé une parodie de pétition adressée au directeur de Change.org pour demander que la pétition pour sauver Kokopelli soit supprimée ! (3) Cela prouve amplement le niveau de non-sécurisation de Change.org – une organisation basée à San Francisco, employant plus de 100 salariés et mettant en ligne 500 nouvelles pétitions tous les jours. La première question fondamentale que l’on doive se poser : quels sont les gentils financiers qui rémunèrent plus de 100 salariés chez Change.org ? L’un de ces gentils financiers est l’incontournable milliardaire prédateur George Soros, évoqué dans l’article de Dominique sur Avaaz, car Change.org fait partie de Media Consortium, un pseudopode de l’empire Soros. Change.org et Avaaz partagent de la même opacité quant à leurs finalités intrinsèques ; d’ailleurs, Ben Wikler, le directeur de campagne d’Avaaz vient de devenir le vice-président et directeur exécutif de Change.org.

Quel est l’objectif réel de toutes ces pétitions – prétendument destinées à sauver Kokopelli – dont le premier effet collatéral est de semer le doute, dans le public, quant à notre capacité de continuer notre travail de libération des semences et d’exister ?

Nous remercions tous les amis de Kokopelli de faire circuler ce présent communiqué.

(1) http://www.avaaz.org/fr/petition/Que_la_justice_revienne_sur_la_decision_prise_contre_Kokopelli/

(2) http://www.change.org/fr/pétitions/françois-hollande-faire-annuler-la-condamnation-de-kokopelli

(3) http://www.change.org/fr/pétitions/ben-ratray-et-les-responsables-de-change-org-faites-stopper-la-pétition-concernant-l-association-kokopelli

(4) http://kokopelli-semences.fr/juridique/proces_perdu_2012

Souvenirs de notre journée Porte ouverte … Merci à tous !

sur le stand du Domaine de Lafage (vin des Côteaux du Quercy)

Déjeûner sous les arbres

le petit marché de producteurs

l'animation musicale

Rencontre Luna - Basile

Un grand merci à vous tous pour notre journée Portes Ouvertes 2012 !

Merci à Bio 82 pour son aide précieuse à l’organisation et la communication,

merci à la famille et aux amis pour toutes les bonnes choses que vous nous avez apportées,

merci aux producteurs du petit marché gourmand et à tous ceux dont nous avons pu apprécier et faire découvrir les produits ce jour-là,

merci aux musiciens pour la chouette ambiance,

merci enfin à tous pour votre présence et votre participation et à très bientôt !

On en profite pour rappeler aux toulousains (et aux autres) que vous pourrez également nous retrouver à la foire bio du Grand Toulouse, à Tournefeuille le dimanche 21 octobre …(cf autre article du blog)


Vous trouverez ci-dessous les réponses au quizz des Jardins de notre Porte Ouverte et bravo aux « Dominiques » !

QUIZZ DES JARDINS : LES REPONSES

1.D’origine tropicale, cette herbe aromatique craint le froid et se décline en de nombreuses variétés, telles que « cannelle », « anis », « de Gênes » ou encore « citron » . Il s’agit de :

d- le basilic (très répandu à travers le monde et dans les cuisines asiatique et méditerranéenne, il en existe plus de 150 variétés …)

2.Dans les rangs de pâtissons, on trouve :

a-      des ipomées (plante grimpante aux grandes fleurs en trompette, il s’agit en fait de graines de l’an dernier qui se sont ressemées cet été …)

3. « Big Borlotto » est une variété d’origine italienne, cultivée aux Jardins.

Mais de quel légume s’agit-il ?

c-   haricot sec (variété italienne, dont les gousses et les grains sont blancs marbrés de rouge)

4.  L’artichaut est :

c- un légume-fleur

(la partie comestible de ce chardon « domestiqué » est en effet l’inflorescence, qu’on récolte avant le développement des fleurs et qu’on appelle une « tête d’artichaut »)

5. Laquelle de ces espèces n’appartient pas à la même famille que les autres ?

b- le fenouil

C’est une Apiacée (ou Ombellifère) comme la carotte, le céleri, le persil …alors que les autres légumes cités sont tous des Brassicacées (ou Crucifères).

6.Le kiwi est originaire de :

a- Chine

7.Popularisée en France par Antoine Parmentier, elle est aujourd’hui l’un des légumes les plus consommés. Mais combien existe-t-il de variétés de pommes de terre ?

d- 3 000 (dont plus de 2 000 recensées en Europe au catalogue officiel en 2009 !)

8.Lequel de ces légumes n’est pas originaire d’Amérique :

b- l’aubergine : originaire d’Inde, sa culture en Europe a commencé en Italie au 15ème siècle.

9.Le quinoa, originaire des plateaux andins et utilisé comme une céréale, appartient en fait à la même famille botanique que :

b-     Epinard :

Il s’agit de la famille des Chénopodiacées. Plante traditionnelle cultivée depuis plus de 5 000 ans sur les hauts plateaux d’Amérique du sud, elle était à la base de l’alimentation des civilisations précolombiennes.

10.Un fruit « climactérique » est un fruit :

a-      qui continue de mûrir après avoir été récolté

C’est un fruit qui après récolte, dégage naturellement un gaz, l’éthylène, qui agit comme une hormone végétale, en déclenchant (puis en accélérant) le processus de maturation (abricot, pêche, pomme, prune, kiwi, poire, tomate …)

11.Les variétés de piments cultivées aux Jardins cette année sont :

a-      piment de Cayenne (le + fin mais le + fort des deux !)

d- piment de Bresse

12.Laquelle de ces variétés de tomates n’est pas sur les tables à l’apéritif ?

b- Green Zebra : qui n’est pas une tomate cerise, contrairement aux autres tomates citées.

13.Un âne castré est un :

b- hongre (terme utilisé aussi pour les chevaux). C’est le cas de nos deux ânes, Basile & Modeste.

14. Tubercule issu d’une plante proche du tournesol et originaire d’Amérique du nord, je connus un succès immédiat (mais provisoire) dès mon introduction en France au début du 17ème siècle. Qui suis-je ?

c- le topinambour

Il s’est progressivement fait voler la vedette par la pomme de terre … sauf durant la seconde guerre mondiale, où il fut l’un des légumes les plus consommés…

14.La durée de vie moyenne d’un âne est de :

b- 35-40 ans

15. C’est une variété d’un légume très courant, cultivée cette année aux Jardins. Mais on peut aussi en trouver sur certains doigts … Quel est ce légume et le nom de cette variété ? (question de Ludo !)

Il s’agit de la pomme de terre et de la variété « Allians » …

16. Sur les tables, vous trouverez, dans des sachets en plastique transparent, deux échantillons différents de plantes  … Mais c’est quoi donc ?

(vous pouvez ouvrir les sachets mais merci de bien vouloir les refermer ensuite)

Sachet n° 1 : des radis roses (montés à graine) …

Sachet n° 2 : des graines d’arroche (grande plante annuelle de la famille des Chénopodiacées, on consomme ses feuilles comme des épinards).

Ludo à la radio …

Les Jardins de Cécile présentés par Ludo, reçu sur CFM à Montauban pour l’émission culinaire « Qu’est-ce-qu’on déguste !? » le 14 septembre dernier :

http://www.questcequondeguste.com/?p=2940

Un grand merci à toute l’équipe de l’émission pour son invitation et son super accueil et à très bientôt !